Forum de discussion Astronomique Index du Forum Forum de discussion Astronomique
Forum de l'AAS
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

D'étranges lumières dans la constellation du Sextant

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de discussion Astronomique Index du Forum -> Astronomie Pratique -> Oeil nu
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rekin
Invité





MessagePosté le: 22/03/2010 12:30:31    Sujet du message: D'étranges lumières dans la constellation du Sextant Répondre en citant

Je suis sceptique, c'est un fait. Et astronome amateur de surcroit. De quoi pouvoir faire dire aux tenants, ou aux croyants des zitis : « oui, c'est facile de critiquer les témoignages, ou de dire que les ovnis n'existent pas : vous n'en avez jamais vu ! ». Et bien figurez-vous que si ! Et oui ! Moi, un vil sceptique, j'ai vu un jour un OVNI. Sans basculer du « côté obscur ». Incroyable, non ? Mais comment est-ce possible ? Tout simplement parce que j'ai réussi à résoudre le mystère... au bout de 5 ans ! Mais trêve de blabla, je vous laisse découvrir mon histoire, et mes conclusions.

L'observation :
Samedi 2 mars 2002. Je suis chez moi, à Berzy-le-Sec (02). Le soir, le temps est frais et dégagé, et j'observe depuis ma chambre, qui donne face au Sud. Je suis à cette époque équipé d'une simple lunette de débutant, de 60 mm de diamètre, non motorisée. Je farfouille donc le ciel, à la recherche de quelques amas ouverts du ciel d'hiver. J'observe ainsi M47, M46 et M48.
Vers 21h25 (HL), mon regard est souvent attiré par une « étoile » brillante, dans la zone de la constellation du Sextant, là où justement il n'y a pas d'étoile brillante. Il y a là un point lumineux, jaunâtre, aussi brillant que l'étoile Alfard (alpha de l'Hydre femelle), visible à droite du « phénomène ». Soit une magnitude d'environ +2. Le point lumineux se situe à peu près à 4° à l'Est d'epsilon du Sextant, une faible étoile de magnitude +5,2, difficilement visible à l'oeil nu.
Intrigué, je décide de surveiller ce point lumineux pendant quelques instants, histoire de lever le doute : peut-être s'agit-il d'un avion, ou d'un satellite, auquel cas je le verrai se déplacer.
Une minute passe, puis deux. Le point lumineux est toujours à sa place. Ca alors ! Une folle idée me vient alors à l'esprit : et si j'étais en train d'assister en direct à l'explosion d'une nova ou d'une supernova ? En tout cas, pour ne perdre aucun détail, je prends aussitôt mon petit carnet où je note toutes mes observations. J'appelle également ma mère, pour qu'elle puisse voir de visu ce point lumineux, ce qu'elle fait dans l'instant, avant de repartir au bout d'une bonne minute.
Alors que je suis de nouveau tout seul (il est alors 21h30), la luminosité du phénomène commence doucement mais sûrement à diminuer. A 21h32, l'objet n'est plus visible à l'oeil nu. Bah mince alors ! Pourquoi l'objet s'est-il éteint ? Je pensais que les explosions de supernova étaient visibles plusieurs jours d'affilée. Etait-ce le sursaut d'éclat d'une étoile ? Il était encore bien trop tôt pour tirer des conclusions. Je décidais de poursuivre mes observations, et d'attendre le lendemain pour consulter les nouvelles astronomiques sur internet : un phénomène aussi lumineux, pensais-je, n'aurait sûrement pas manquer d'être observé par quelqu'un d'autre. De plus, je ne me jetais pas à l'époque illico presto sur l'ordinateur : ma connexion était alors limitée à deux ou trois heures par mois, en forfait (ha, le bon vieux temps du 56 k...).
Je passe alors les minutes qui suivent à contempler le ciel, toujours vers le Sud, à l'oeil nu. Mais que venais-je donc de voir ?
Et bien m'en as pris de continuer mes observations, car soudain, à 22h12, le phénomène recommence ! Je note aussitôt sa position dans le ciel, en prenant des étoiles comme repère. Il est en gros dans l'alignement formé par les étoiles bêta et delta du Sextant, au Sud de ces deux étoiles, et environ à 4° à l'Est d'epsilon du Sextant. Sa luminosité est comparable à celle d'une étoile assez proche, lambda de l'Hydre femelle, de magnitude +3,6. Et comme tout à l'heure, ce « truc » ne bouge pas, visuellement parlant. A 22h16, je pointe ma lunette dessus, pour voir si des détails apparaissent. Malheureusement non. Ca a toujours l'apparence d'une étoile. Je continue à le scruter à l'oculaire. Sa luminosité baisse légèrement. A 22h18, coup de théâtre ! Hééé, ce machin bouge par rapport aux étoiles ! Une étoile vient de traverser le champ de mon oculaire (diamètre apparent de 30' environ, l'oculaire utilisé étant de 12,5 mm), ce qui est normal, car comme je l'ai déjà dit, ma lunette n'est pas motorisée (et ne compense donc pas la rotation terrestre). Par contre, le « truc », pendant ce temps, n'a absolument pas bougé du centre de l'oculaire. Voilà bien quelque chose d'inédit ! Mon idée de nova tombe à l'eau... A 22h20, l'objet (on va l'appeler « l'objet » à partir de maintenant) n'est plus observable à l'oeil nu, mais reste aisément repérable à l'oculaire, puisqu'il a la merveilleuse idée de rester parfaitement immobile. A 22h23, une étoile croise d'ailleurs dans le champ de l'oculaire, ce qui me confirme bien que l'objet n'est pas une étoile.
Je décide de grossir plus, en mettant un oculaire de 8 mm. Un détail bizarre apparaît alors à l'instrument : on dirait qu'il y a un deuxième objet, plus faible, qui « suit » le premier, à gauche de celui-ci. Quelques dizaines de secondes d'observation me confirme cette impression : les deux objets sont parfaitement immobiles l'un par rapport à l'autre. L'écart angulaire est d'environ 15' (la moitié du champ). A 22h28, les deux objets ne sont plus visibles à l'oculaire, trop faible visuellement.
A 22h37, le phénomène recommence à nouveau, toujours au même endroit. L'objet, visible à l'oeil nu, est en gros de magnitude +4. Trois minutes plus tard, je m'aperçois qu'il y a deux « objets » visibles à l'oeil nu. Le deuxième objet est de même magnitude que le premier, et séparé d'un peu plus d'un degré, vers l'Ouest (à droite, donc). Les deux objets gagnent peu à peu en luminosité, si bien qu'ils finissent par être un peu plus brillants que les étoiles de la constellation du Sextant. Ils sont en gros dans l'alignement gamma – epsilon du Sextant. A 22h55, un nouvel objet, de magnitude +5 apparaît juste en-dessous des deux premiers. Puis très vite, la luminosité de l'ensemble baisse, devenant invisible à l'oeil nu à 22h56, avant de disparaître à la lunette à 22h59. Aussitôt, le phénomène reprend de plus belle, avec un point lumineux visible à l'oeil nu, de magnitude +4, toujours au même endroit. Observations visuelle et instrumentale : l'objet ne révèle aucun détail, et garde l'apparence d'une étoile. A 23h08, il n'est plus observable.
Nouvelle apparition à 23h31, mais un peu plus à l'Est que la ligne bêta – delta du Sextant. Je ne suis pas effrayé, mais je ne me pose vraiment des questions. Qu'est ce que c'est que ce machin parfaitement immobile (par rapport à moi), qui apparaît, reste stable pendant quelques minutes, avant de disparaître ? Comme toujours, aucun détail n'est révélé à l'oculaire de ma lunette. Seuls deux petits points lumineux y sont visibles, séparés de quelques minutes d'arc. A 23h46, le phénomène disparaît.
A 0h03, grelottant de froid, j'arrête mes observations et je vais me coucher.

Localisation du phénomène dans la constellation du Sextant :

(j'ai repris pour cela une image du wikipedia anglais. J'y ai ajouté "à la main" le symbole epsilon pour localiser l'étoile près de laquelle se déroulait le phénomène. "L'ovni" est figuré par le gros point rouge, entouré de petits points)


Dernière édition par Rekin le 22/03/2010 12:32:27; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 22/03/2010 12:30:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 22/03/2010 12:31:38    Sujet du message: D'étranges lumières dans la constellation du Sextant Répondre en citant

Le lendemain, tentatives d'explications...
Après une soirée d'observations de phénomènes totalement inédits pour moi et aucunement référencés dans mes livres d'astronomie, je décide de consacrer mon dimanche à élucider ce mystère.
Faisons le tour. Déjà une, ce n'était pas une étoile : l'objet (ou les objets) restait parfaitement immobile par rapport à moi, contrairement aux étoiles (qui elles semblent se déplacer lentement du fait de la rotation terrestre).
Un avion ? Impossible, un avion ne peut pas rester immobile pendant si longtemps (la plus longue plage d'observation est d'une demi-heure !). Un hélicoptère alors ? Pourquoi pas, mais que ferait un hélicoptère au-dessus de la campagne, parfaitement immobile, pendant toute une soirée (voire toute une nuit) ?
Y aurait-il un phénomène astronomique qui pourrait expliquer le phénomène ? Bon, déjà, ce n'est pas une nova ou une supernova, car déjà une, ça aurait duré beaucoup plus longtemps (quelques jours au moins), et d'autres, ça bougeait par rapport aux étoiles. Un astéroïde ou une comète ? Non, car le déplacement n'aurait été si remarquable (et en plus, gros coup de bol, qui aurait compensé la rotation terrestre pour paraître immobile). Un satellite ? Non, parce que ça bouge, un satellite... En fait, à l'époque, je ne connaissais pas encore tous les mécanismes orbitaux. Je n'étais pas observateur de satellites artificiels. Je savais que le satellite Envisat venait d'être lancé la veille. Peut-être y avait-il un rapport (ou pas) ?
J'ai beau faire le tour de toutes les hypothèses, je ne trouve aucune solution. Je décide alors d'envoyer un petit rapport d'observation à Guillaume Cannat, auteur du Guide du Ciel, via son site internet. Un mail resté sans réponse depuis...
Après une journée de recherche et de réflexion, il me fallait regagner Reims pour y suivre mes études.
Le phénomène que j'avais observé m'étais toujours sans réponse, mais je restais toutefois pragmatique : je ne concluais pas à un éventuel vaisseau extraterrestre. Mon hypothèse de vraisemblance maximale était qu'il y avait une solution (sûrement très bête !) à laquelle je n'avais pas pensé... De plus, je ne m'inquiétais pas de ne pas résoudre ce mystère immédiatement : j'avais pris note de mes observations sur un petit carnet. A défaut de pouvoir consulter ma mémoire, il me restait les notes écrites.
Le temps passa, les études aussi. Je rangeais ce dossier comme étant l'observation d'un Ovni (sans crier à l'extraterrestre ou quoi que se soit d' « exotique »), en attendant un jour de trouver la solution...

Quand on ne cherche pas, on trouve !
A la fin de l'année 2006, je suis contacté par le président de l'Association Astronomique du Soissonnais de l'époque, pour savoir si je serai intéressé pour présenter une conférence sur un sujet lié à l'astronomie au cours de l'année 2007. Il a en effet remarqué ma passion pour l'astronomie au cours des Nuits des Etoiles, auxquelles je participais alors en « indépendant » aux côtés des membres du club. Après quelques reflexions, je trouve un thème qui pourrait parfaitement coller. Je souhaite en effet trouver un thème original, et qui, si possible, puisse coller à l'actualité. C'est chose faite avec « l'observation des satellites artificiels ». Un sujet peu connu des astronomes amateurs (donc original), et qui est marqué en 2007 par le cinquantième anniversaire du lancement de Spoutnik. Une date est donc prise pour le mois d'octobre. Cela me laissait un peu moins d'une année pour préparer mon sujet. Je n'étais pas encore l'observateur de satellites assidu que je suis maintenant, mais j'avais derrière moi trois années d'observations des passages de l'ISS, suite à un article du site Ciel des Hommes, en juillet 2003. J'avais petit à petit appris à me servir du site Heavens-Above, et à prévoir les apparitions de flashs Iridium. Un excellent article d'Astronomie Magazine de février 2006 (n°76), intitulé « A la chasse aux satellites » me servait également de base de travail.
Mais il me fallait tout de même un peu plus de documentation pour ma conférence. En fouinant sur internet, je suis tombé sur un excellent site, Luxorion, présentant un bon dossier sur l'observation des satellites artificiels. C'est à lire ici : http://www.astrosurf.com/luxorion/satellites-artificiels.htm
A la lecture, une phrase a réveillé en moi un souvenir vieux de quelques années. Dans le chapitre sur les satellites géostationnaires, on peut ainsi lire : « depuis nos régions (50°N, 5°E), les satellites géostationnaires sont plus brillants aux alentours du 1er mars et du 10 octobre, à leur sortie de l'ombre de la Terre ». Tiens tiens ! « Aux alentours du 1er mars », cela ne collerait-il pas avec mon Ovni ? Mais si, car je l'ai observé le soir du 2 mars.
Autre détail très intéressant, quelques lignes plus bas : « En revanche, en coordonnées équatoriales et du fait de la rotation de la Terre, l'ascension droite varie constamment tandis que la déclinaison est fixe, environ -7,25° depuis nos régions ». Où situais-je mon ovni sur la voute céleste ? En gros au croisement des lignes bêta – delta du Sextant (ascension droite de 10h30) et gamma – epsilon du Sextant (déclinaison de -8,00°). La piste se précise !
« Aux alentours du 1er mars ». Déclinaison d'environ -8°. Ajouter à cela que l'ovni était parfaitement immobile par rapport à l'observateur. Hinhin ! Tout semblait concorder vers un « flash » de satellite géostationnaire.
Dans les semaines qui suivront, plusieurs autres lectures me confirmeront cette hypothèse. Ainsi, si l'on consulte la liste Seesat, un réseau mondial d'observateurs de satellites artificiels, on peut ainsi lire dans les observations en date du 2 mars 2002 le sujet suivant : http://www.satobs.org/seesat/Mar-2002/0022.html . Le titre en lui-même est évocateur. « Bright geosat flare », soit flash brillant d'un satellite géostationnaire. Deux observateurs reportent avoir observé, aux alentours de 18h07 UTC, un flash brillant d'un satellite géostationnaire, d'une magnitude +3. Il était donc possible d'observer à l'oeil nu, le même soir que mon ovni, pendant quelques minutes, des satellites géostationnaires. La piste se confirmait de plus en plus !
Une consultation du site calsky.com (un site de prévisions très complet pour l'observation des satellites) finira par achever la confirmation.
Il suffit par exemple, dans la rubrique Satellites, de cliquer sur la rubrique « Geostationary ».
Le lien « Eclipse and Flare Season » est particulièrement intéressant (explication complète du phénomène) : http://www.calsky.com/cs.cgi/Satellites/10/1?obs=90670946317641&c=

L'illustration ci-dessous est particulièrement intéressante :


De plus, si dans la sous-rubrique « Geostationary and Geosynchronous Satellites », on sélectionne une date aux alentours du 1er mars, que peut-on lire dans les tableaux de prévisions ? « Optimal day to observe flares from geostationary satellites ! Geostationary satellites are usually very dim objects, comparable with Pluto. Today, some can get so bright for some minutes, that they can be seen with the unaided eye ». Vous avez vraiment besoin d'une traduction ?

Bref, en tout les cas, tout concorde : date, position dans le ciel, déroulement du phénomène. Plus aucun doute n'est permis : c'est donc bien une série de flashs de satellites géostationnaires que j'ai pu observer le soir du 2 mars 2002.

Conclusion :
Un phénomène lumineux nocturne qui apparaît et disparaît mystérieusement, le tout observé par un astronome amateur qui ne parvient pas à s'expliquer la chose... Avec le recul, je me dis que j'avais bien fait à l'époque de ne pas contacter le journal local pour faire part de mon observation. L'Union étant particulièrement friand d'Ovni, j'imagine déjà les gros titres que ça aurait pu donner, avec argument d'autorité à la clef ! « Un astronome observe des lumières mystérieuses ! », « Les Martiens débarquent en mars ! », etc, etc...
Non pas que je cherchais à étouffer mon observation (la preuve, j'avais même écrit à un astronome pour savoir de quoi il pouvait en retourner), mais simplement que j'estimais qu'il devait y avoir une explication rationnelle à ce phénomène. J'avais passé en revue tout ce que j'estimais possible dans un premier temps, sans trouver de solution cohérente. Mais, n'ayant pas la prétention de TOUT connaître, je me doutais bien qu'il pouvait exister une explication à laquelle je n'avais pas pensé. Un flash de satellite géostationnaire ! C'est vrai qu'il fallait y penser, et jene connais pas d'ouvrage - mise à part quelques sites internet – y faisant référence. Et vous, le saviez-vous qu'on pouvait voir à de rares occasions des satellites géostationnaires à l'oeil nu ?
Ma conclusion sera de dire qu'il existe bien souvent des solutions auxquelles on ne pense pas. Avec du temps, de la réflexion, de bons outils et une bonne description d'un phénomène étrange, il est concevable de résoudre le mystère.
Voilà, j'espère ne pas vous avoir trop ennuyé avec ces quelques lignes, et j'attend vos commentaires.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2016 12:42:02    Sujet du message: D'étranges lumières dans la constellation du Sextant

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de discussion Astronomique Index du Forum -> Astronomie Pratique -> Oeil nu Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Space Pilot 3K template by Jakob Persson.
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com