Forum de discussion Astronomique Index du Forum Forum de discussion Astronomique
Forum de l'AAS
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Liste de satellites artificiels intéressants à observer
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de discussion Astronomique Index du Forum -> Observations et galeries -> Satellites artificiels
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rekin
Invité





MessagePosté le: 20/04/2010 19:23:21    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Aujourd'hui, des milliers de satellites et de débris spatiaux gravitent autour de la Terre. Il est possible d'en observer une partie à l'oeil nu. Comment reconnaitre un satellite lors d'une soirée d'observation ? Et bien les satellites se déplacent, comme des avions, sauf qu'ils ne clignotent pas, comme les étoiles.
Enfin, ça, c'est la règle générale. Mais à toute règle son exception. En effet, quelques satellites ressortent du lot, et sont aisément remarquables de par leur aspect : coloration, clignotement, regroupements... Voici une liste, non exhaustive, de ces satellites particuliers. Si vous en connaissez ou découvrez d'autres, n'hésitez pas à partager vos informations ! Wink

(note importante : chaque satellite est désigné par son nom courant, son numéro NORAD et sa désignation internationale)

Ajisai (EGP) 16908 1986-061A
Lancé le 12 août 1986 depuis le centre spatial de Tanegashima à bord de la première fusée H-I, Ajisai (aussi appelé EGP ou EGS) est un satellite géodésique japonais. D'un diamètre de 2,15 m, il est couvert de 318 miroirs et 1436 rétroréflecteurs. Entièrement passif, il opère en reflétant la lumière du Soleil ou des lasers basés au sol. Le but de la mission était à la fois de tester la fusée H-I, et de déterminer la position des îles japonaises isolées.
Cette véritable « boule à facettes » est le satellite flasheur le plus spectaculaire. Il émet des flashes très rapides de magnitude 5 à 7 souvent groupés en rafales de 2 ou 3 en une seconde.
Orbite : 1479 x 1496 km, 50,0° (18 février 2013)
Méthode d'observation : jumelles


CBERS 2 28057 2003-049A
Satellite de télédétection développé conjointement par le Brésil et la Chine, lancé le 21 octobre 2003 par une fusée Longue Marche 4 depuis Taiyuan. Sa caméra principale a été éteinte en 2006, et le satellite est visiblement hors-contrôle depuis.
Ce satellite présente une légère variabilité, agréable à observer
Orbite : 773 x 776 km, 98,2° (10 février 2012)
Méthode d'observation : jumelles


Cosmos 1680 rocket 16012 1985-079B
Dernier étage de la fusée Cosmos-3M ayant mis sur orbite le satellite militaire soviétique Cosmos 1680 le 4 septembre 1985, depuis la base de Plesetsk.
Cet étage de fusée présente de jolies variations de luminosité, avec une succession d'apparitions et de disparitions, suivant un cycle d'une quinzaine de secondes.
Orbite : 763 x 783 km, 74,1° (7 mars 2012)
Méthode d'observation : jumelles

Cosmos 1690 rocket 16144 1985-094-G
Dernier étage de la fusée Tsiklon-3 ayant mis sur orbite les satellites militaires soviétiques Cosmos 1690, 1691, 1692, 1693, 1694 et 1695 le 10 octobre 1985, depuis Plesetsk.
Cet étage de fusée présente une variabilité de son éclat, suivant un cycle d'une dizaine de secondes.
Orbite : 1416 x 1472, 82,6° (20 février 2012)
Méthode d'observation : jumelles

Cosmos 1818 17369 1987-011A
Ancien satellite militaire soviétique, de reconnaissance radar océanique, lancé le 1er février 1987 depuis Baïkonour par une fusée Tsyklon-2. Il possède un réacteur nucléaire TOPAZ 1. Sa mission a duré entre 5 et 6 mois. Il est depuis hors d'usage. Le 4 juillet 2008, l'épave a essaimé une trentaine de petits débris, suite à une collision spatiale ou bien à une explosion interne.
Cette épave présente quelques variations d'éclat, disparaissant brièvement suivant un cycle d'une vingtaine de secondes
Orbite : 779 x 796 km, 65,0° (15 janvier 2012)
Méthode d'observation : jumelles


Cosmos 1867 18187 1987-060A
Ancien satellite militaire soviétique, de reconnaissance radar océanique, lancé le 10 juillet 1987 depuis Baïkonour par une fusée Tsyklon-2. Jumeau de Cosmos 1818, il possède un réacteur nucléaire TOPAZ 1. Sa mission a durée entre 11 mois et deux ans. Il est depuis hors d'usage.
Un satellite très intéressant à suivre, puisqu'il apparaît et disparait suivant un cycle lent et irrégulier
Orbite : 779 x 798 km, 65,0° (9 février 2012)
Méthode d'observation : jumelles


Cosmos 2142 rocket 21231 1991-029B
Dernier étage de la fusée Kosmos-3M ayant servi à lancer le satellite soviétique de navigation et de communication Cosmos 2142, le 16 avril 1991.
Cet étage de fusée présente des variations faibles, sur un cycle assez long (plus d'une vingtaine de secondes).
Orbite : 953 x 1006 km, 82,9° (13 mars 2011)
Méthode d'observation : jumelles

Cosmos 2292 23278 1994-061A
Satellite russe servant de cible radar, type Taifun-1, mesurant 2 m de diamètre. Dernier de sa série, il a été lancé le 28 septembre 1994 depuis Plessetask, grâce à une fusée Kosmos-3M. Il a servi pour des tests de suivis de surveillance spatiale et pour des exercices de l'armée de l'air.
Un satellite très intéressant, présentant de belles et rapides variations d'éclat.
Orbite : 396 x 1770 km, 83,0° (12 mars 2012)
Méthode d'observation : jumelles


Cosmos 2400 rocket 27870 2003-037C
Deuxième étage de la fusée russe Kosmos-3M ayant mis sur orbite deux satellites de communications militaires, Cosmos 2400 et 2401, le 19 août 2003.
Pas très facile à suivre car faible visuellement, cet étage de fusée est un clignoteur assez lent.
Orbite : 1467 x 1507 km, 82,5° (12 janvier 2012)
Méthode d'observation : jumelles

DMSP B5D2-1 13736 1982-118A
Ancien satellite météo militaire américain, premier de la série des DMSP-5D2. Il possédait 4 instruments. Il a été lancé le 21 décembre 1982, depuis Vandenberg, grâce à une fusée Atlas. Il est visiblement hors-contrôle.
Ce satellite présente une variation cyclique de son éclat, suivant un cycle d'une dizaine de secondes.
Orbite : 791 x 801 km, 98,6° (8 février 2012)
Méthode d'observation : jumelles


DMSP B5D2-3 18123 1987-053A
Ancien satellite météo militaire américain, également désigné USA 26. Il a été lancé le 20 juin 1987, depuis Vandenberg, grâce à une fusée Atlas. Sa mission était de mesurer l'intensité des cyclones tropicaux et des tempêtes. Il est hors-service depuis le 1er août 1994.
Un objet très intéressant, produisant de beaux et brefs flashs selon un cycle de quelques secondes.
Orbite : 822 x 842 km, 98,8° (6 janvier 2012)
Méthode d'observation : jumelles


DMSP B5D2-4 18822 1988-006A
Ancien satellite météo militaire américain, destiné à étudier les particules et les micro-ondes, également désigné USA 29. Il a été lancé le 3 février 1988 depuis Vandenberg, grâce à une fusée Atlas. Il est hors-service depuis le 3 avril 1992.
Un objet intéressant à observer, montrant des irrégularités d'éclat.
Orbite : 800 x 808 km, 98,9° (11 mars 2012)
Méthode d'observation : jumelles

Envisat 27386 2002-009A
Ancien satellite européen d'observation de la Terre, dont l'objectif est de mesurer de manière continue à différentes échelles les principaux paramètres environnementaux de la Terre relatifs à l'atmosphère, l'océan, les terres émergées et les glaces. Il a été lancé le 1er mars 2002 depuis Kourou par une fusée Ariane 5. Mission phare de l'ESA, le satellite a envoyé de nombreuses données jusqu'à ce que le contact soit brutalement rompu le 8 avril 2012.
Désormais hors-contrôle, ce satellite arbore une jolie couleur orange et son éclat est variable
Orbite : 766 x 767 km, 98,5° (26 juillet 2012)
Méthode d'observation : oeil nu


Genesis I 29252 2006-029A
Lancé le 12 juillet 2006 depuis la nouvelle base de Dombarosky dans l'Oural, Genesis-1 est une maquette à l'échelle 1/3 d'un module de station spatiale, ou plutôt d'hôtel orbital, de la firme Bigelow Aerospace. Et ce n'est pas de la science-fiction ! L'originalité de ce satellite est qu'il est gonflable. La paroi est constituée d'un matériau en fibres de carbone et de Kevlar, ainsi que d'un revêtement qui le protège des débris spatiaux et des impacts de micrométéorites. Au lancement, son diamètre était de 1,60 m, et une fois gonflé, de 2,54 m. Il pèse 1270 kg et embarque à son bord des effets personnels des employés de Bigelow Aerospace, 13 caméras ainsi que des insectes.
Moins brillant que les valeurs annoncées sur les sites de prévisions, Genesis-1 présente une variabilité régulière de son éclat.
Orbite : 511 x 589 km, 64,5° (6 janvier 2012)
Méthode d'observation : oeil nu


Dernière édition par Rekin le 19/02/2013 17:20:28; édité 31 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 20/04/2010 19:23:21    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 20/04/2010 19:29:04    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Genesis II 31789 2007-028A
Légèrement plus grand que son «grand frère » Genesis-1, Genesis-2 a été lancé le 28 juin 2007 depuis la base de Dombarosky. Il a la particularité d'être gonflable ! Une fois gonflé, le module offre un volume habitable de 2,5 m de diamètre sur 4 m de long, comparable à celui de Genesis-1. Il offre cependant plus de sécurité que le premier prototype. A l'interieur sont disposées 22 caméras qui montre en permanence le vaisseau, ce qui permet de rendre compte des expériences embarquées (colonies d'animaux – fourmis et scorpions...). Sur le plan anecdotique, Genesis-2 embarque également des objets privés payants (photos, bijoux... et le premier letchi de l'espace, en provenance de l'Ile de la Réunion !) ainsi que le premier jeu de bingo spatial.
Moins brillant que les valeurs annoncées sur les sites de prévisions, Genesis-2 clignote par moments.
Orbite : 522 x 580 km, 64,5° (15 janvier 2012)
Méthode d'observation : oeil nu


Globalstar M023 25621 1999-004A
Satellite de télécommunication lancé le 9 février 1999 depuis Baïkonour par une fusée Soyouz-U Ikar, en compagnie des satellites Globalstar 36, 38 et 40.
Ce satellite est visiblement hors-contrôle, puisqu'il flashe toutes les trois secondes.
Orbite : 1404 x 1423 km, 52,0° (2 janvier 2012)
Méthode d'observation : jumelles


Globalstar MO53 25885 1999-043C
Satellite de télécommunication lancé le 17 août 1999 depuis Cap Canaveral par une fusée Delta, en compagnie des satellites Globalstar 24, 27 et 54. Il est hors-service depuis le 15 mai 2005.
Un satellite très intéressant, produisant de petits flashs toutes les 4 à 5 secondes.
Orbite : 1960 x 1970, 52,0° (21 février 2012)
Méthode d'observation : jumelles


GOCE 34602 2009-013A
Satellite scientifique de l'Agence Spatiale Européenne (ESA), lancé le 17 mars 2009 depuis Plesetsk par une fusée Rockot. GOCE est l'acronyme de Gravity-field and steady-state Ocean Circulation Explorer. Sa mission est de mesurer avec précision (2 cm) le champ gravitationnel de la Terre. Il évolue sur une orbite circulaire très basse (250 km), à la limite de la haute atmosphère. De par son design, il est surnommé « la Rolls-Royce des satellites ».
Comme ce satellite est situé à la limite de l'atmosphère, son déplacement apparent est extrêmement rapide. De plus, il présente quelques variations d'éclat, dont notamment de petits flashs très brefs.
Orbite : 235 x 240 km, 96,6° (19 février 2013)
Méthode d'observation : jumelles


GRACE-1 / GRACE-2 27391/27392 2002-012A / 2002-012B
Lancés ensemble le 17 mars 2002 depuis la base de Plesetsk en Russie, ce couple de satellites scientifiques germano-américain dont le nom signifie « Gravity Recovery et Climate Experiment » est destiné à mesurer la gravité. Les deux satellites sont jumeaux (3,1 m de long, 487 kg) et suivent la même orbite, espacés de seulement quelques centaines de km. GRACE-2 est le satellite de tête.
Ces deux satellites ne sont pas spécialement à voir à l'oeil nu, car ils ne deviennent relativement brillants que lorsqu'ils sont au plus haut de leur trajectoire dans le ciel. Néanmoins, il est possible de voir les deux satellites filer ensemble, car GRACE-1 n'a qu'une trentaine de secondes de retard sur son jumeau. Ceci est du plus bel effet. Leur couleur est jaune, légèrement orangée.
Orbite : 442 x 461 km, 89,0° (2 février 2012)
Méthode d'observation : oeil nu


Haiyang 1A 27430 2002-024A
Haiyang 1A est le premier satellite chinois d'étude océanographique. Il a été lancé le 15 mai 2002 en compagnie du satellite météorologique Feng Yun 1D grâce à une fusée CZ-4B, depuis la base de Taiyuan. Pesant 365 kg, sa durée de vie était estimée à deux ans. Il doit donc être actuellement hors service.
Ce satellite subit un cycle d'apparitions et de disparitions suivant un cycle de quelques secondes.
Orbite : 785 x 799 km, 98,4° (13 mars 2011)
Méthode d'observation : jumelles


Hélios 1B 25977 1999-064A
Hélios 1B était un satellite militaire d'imagerie français, lancé le 3 décembre 1999 depuis Kourou par une fusée Ariane 4. Il est tombé en panne en octobre 2004, et a été abandonné en 2005.
Etant hors-contrôle, ce satellite produit de belles variations d'éclat, et émet fréquemment des flashes assez puissants (de magnitude -2 ou -3). Sa couleur est légèrement orangée.
Orbite : 632 x 636 km, 98,3° (10 février 2012)
Méthode d'observation : oeil nu (mais les jumelles sont parfois nécessaires)


IRAS 13777 1983-004A
Ancien télescope spatial infrarouge, lancé le 25 janvier 1983 par une fusée Delta depuis la base de Vandenberg. Pesant 1073 kg, c'était un projet conjoint entre les agences spatiales américaines et néerlandaises, ainsi qu'avec l'agence de la recherche britannique. Doté d'un miroir de 0,57 m de diamètre, il a couvert 96% de la surface du ciel. Parmi ses observations, nous pouvons noter la découverte d'un disque de poussière autour de l'étoile Vega, de nuages de poussières dans notre galaxie, du coeur de la Voie lactée, obscurci par la poussière, l'émission infrarouge émise par les galaxies en interaction et l'astéroïde 3200 Phaéton, source de l'essaim météorique des Géminides.
Comme pour les autres télescopes spatiaux infrarouge, sa durée de vie était limitée par son système de refroidissement. Après avoir fonctionné pendant dix mois, IRAS a cessé ses opérations le 21 novembre 1983.
Cette épave connait un cycle irrégulier de disparitions et d'émissions de flashs rapides.
Orbite : 880 x 906 km, 99,0° (16 janvier 2013)
Méthode d'observation : jumelles


Iridium 33 24946 1997-051C
Lancé le 14 septembre 1997 depuis Baïkonour par une fusée Proton-K, avec les satellites Iridium 29, 32, 27, 28, 30 et 31, Iridium 33 était un satellite de télécommunications américain, opérant dans le plan 3 de la constellation Iridium. Il est entré dans l'histoire en étant le premier satellite a être entré en collision avec un autre satellite. L'impact s'est produit le 10 février 2009 avec l'ancien satellite de télécommunication russe Kosmos-2251. Les deux satellites ont été détruits lors de la collision, ce qui a produit un nombre important de débris. Iridium 33 était toujours en activité.
Une partie du satellite Iridium 33 a survécu à l'impact, contrairement à Kosmos-2251, qui a été complètement désintégré. L'épave survivante est entré en rotation rapide sur elle-même, ce qui génère des variations rapides et spectaculaires d'éclat.
Orbite : 778 x 787 km, 86,4° (14 janvier 2012)
Méthode d'observation : jumelles

ISS 25544 1998-067A
La Station Spatiale Internationale est une station spatiale construite et assemblée en collaboration entre plusieurs pays : Etats-Unis , Canada, Europe, Japon, Russie et Brésil. Il s'agit du plus grand vaisseau spatial construit jusqu'à présent. Son assemblage s'effectue progressivement en orbite, module après module, depuis le lancement de son premier élément, le module de contrôle Zarya, le 20 novembre 1998. Elle est habitée en permanence par des équipages (Expeditions) de trois personnes qui se relaient tous les 6 mois depuis le 2 novembre 2000. L'ISS peut accueillir des équipages de 6 personnes qui y accomplissent un programme scientifique important.
Equipage : 6 personnes (Expedition 34). Kevin Ford (commandant, Etats-Unis), Oleg Novitskiy (Russie), Evgeny Tarelkin (Russie), Roman Romanenko (Russie), Chris Hatfield (Canada) et Tom Marshburn (Etats-Unis).
Cible de choix pour les observateurs, l'ISS est le satellite le plus brillant et elle se déplace rapidement dans le ciel. Il n'est pas rare de la voir briller d'une magnitude de -4 à -5, soit aussi brillant que Vénus ! Elle arbore un étonnant panache de couleurs, évoluant au gré de ses passages, allant du rouge écarlate au blanc éclatant, en passant par l'orange et le jaune.
De nombreux amateurs réussissent à distinguer les modules de l'ISS au télescope.

Orbite : 401 x 417 km, 51,6° (19 février 2013)
Méthode d'observation : oeil nu


KH 9-19 ELINT 15071 1984-065C
Egalement appelé USA-3 ou Farrah 5, KH 9-19 ELINT est un ancien satellite espion américain, lancé le 25 juin 1984 à bord d'une fusée Titan 34D, depuis Vandenberg. En panne, il tourne rapidement sur lui-même.
Ce satellite présente de petites variations d'éclat.
Orbite : 608 x 613 km, 95,9° (13 janvier 2012)
Méthode d'observation : jumelles

Lacrosse 4 26473 2000-047A
Lancé le 17 août 2000 depuis Vandenberg dans le même plan que l'orbite de Lacrosse 2, Lacrosse 4 appartient à la famille des Lacrosse, des satellites espions américains à imagerie radar. Equipés d'un radar à synthèse d'ouverture, leur résolution au sol est plutôt faible pour des satellites espions (1 m seulement), mais ils ont l'avantage de pouvoir observer le sol à travers les nuages et ce de nuit comme de jour. Dans une certaine mesure, ils sont capables de voir à travers le sol.
Lacrosse 4 est très brillant et présente une belle couleur jaune orangée (dûe à un revêtement anti-calorique en or) facilement visible à l'oeil nu.
Orbite : 673 x 682 km, 68,0° (29 janvier 2012)
Méthode d'observation : oeil nu


Dernière édition par Rekin le 19/02/2013 17:18:03; édité 35 fois
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 20/04/2010 19:35:09    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Lacrosse 5 28646 2005-016A
Lancé le 30 avril 2005 depuis Cap Canaveral, Lacrosse 5 est le petit dernier de la famille des Lacrosse, des satellites espions américains à imagerie radar. Equipés d'un radar à synthèse d'ouverture, leur résolution au sol est plutôt faible par rapport aux satellites optiques (1 m seulement), mais ils ont l'avantage de pouvoir observer le sol à travers les nuages et ce de nuit comme de jour. Dans une certaine mesure, ils sont capables de voir à travers le sol.
Contrairement à ses « cousins » qui sont de couleur orange ou rouge, Lacrosse 5 arbore un bel éclat jaune doré. Il est très brillant et intrigue beaucoup les observateurs de satellites à travers le monde : en effet, il est capable de disparaître en quelques secondes, bien qu'il soit éclairé par le Soleil ! L'armée américaine l'a doté d'un système de « passe-passe » classé secret défense.
Orbite : 711 x 718 km, 57,0° (7 janvier 2012)
Méthode d'observation : oeil nu

Midas 6 574 1963-014A
Ancien satellite militaire américain lancé le 9 mai 1963 depuis Point Arguello par une fusée Atlas LV3, et destiné à détecter les lancements de missiles balistiques. Premier satellite opérationnel de sa série, il fonctionna six semaines et détecta 7 lancements de missiles américains.
Cet objet discret présente une variabilité cyclique de son éclat.
Orbite : 3620 x 3668 km, 87,3° (9 septembre 2012)
Méthode d'observation : grosses jumelles


Midas 7 622 1963-030A
Ancien satellite militaire américain lancé le 19 juillet 1963 depuis Point Arguello par une fusée Atlas LV3, et destiné à détecter les lancements de missiles balistiques.
Cet objet discret présente une variabilité cyclique de son éclat.
Orbite : 3668 x 3734 km, 88,4° (9 septembre 2012)
Méthode d'observation : grosses jumelles


Milstar 3 cent rocket 25725 1999-023B
Troisième étage (Centaur G) de la fusée Titan 4B qui a placé sur une mauvaise orbite le satellite de communications militaires américain Milstar 3 suite à des allumages prématurés de l'étage. Il a été lancé le 30 avril 1999.
Cet étage présente des variations importantes d'éclat, de magnitude 7 à invisible, suivant une période proche de 2 secondes. Il n'est pas toujours facile à suivre aux jumelles, étant peu lumineux. Son déplacement est très lent.
Orbite : 708 x 5147 km, 28,3° (22 juillet 2012)
Méthode d'observation : jumelles

NOAA 8 13923 1983-022A
Ancien satellite météorologique américain, lancé le 28 mars 1983 depuis Vandenberg, avec une fusée Atlas. Entré en service le 3 mai de la même année, le satellite a été désactivé le 21 juin 1984, suite à un problème technique sur un instrument. Il a été réactivé le 1er juillet 1985, avant d'être définitivement hors-contrôle le 31 octobre 1985.
Ce satellite présente une légère variabilité.
Orbite : 788 x 809 km, 98,5° (16 janvier 2013)
Méthode d'observation : jumelles

NOAA 10 16969 1986-073A
Ancien satellite météorologique américain, lancé le 17 septembre 1986 depuis Vandenberg, avec une fusée Atlas. Entré en service le 17 novembre de la même année, il a été désactivé le 16 septembre 1991. Il est visiblement depuis hors-contrôle.
Un satellite très intéressant, présentant un cycle chaotique.
Orbite : 791 x 808 km, 98,6° (15 janvier 2013)
Méthode d'observation : jumelles

NOAA 11 19531 1988-089A
Ancien satellite météorologique américain, lancé le 24 septembre 1988. Entré en service le 8 novembre de la même année, il a été désactivé le 16 juin 2004, après 15 ans de bons et loyaux service.
Cette épave présente des variations assez intéressantes.
Orbite : 834 x 851 km, 98,7° (22 juillet 2012)
Méthode d'observation : jumelles

NOAA 12 21263 1991-032A
Ancien satellite météorologique américain, lancé le 14 mai 1991 par une fusée Atlas-E depuis la base de Vandenberg. Entré en service le 17 septembre de la même année, il a été désactivé le 10 août 2007, suite à un problème technique.
Cette épave est très intéressante puisqu'elle émet des petits flashs toutes les trois secondes.
Orbite : 797 x 816 km, 98,7° (20 février 2012)
Méthode d'observation : jumelles

NOAA 13 22739 1993-050A
Ancien satellite météorologique américain, lancé le 9 août 1993 par une fusée Atlas-E depuis la base de Vandenberg. Il n'a pour ainsi pas servi, puisqu'un court-circuit prématuré dans le panneau solaire a mis le satellite hors-service au cours de sa 177ème orbite seulement, le 21 août 1993.
Une épave très intéressante, produisant de belles variations d'éclat sur un cycle de 2 à 3 secondes.
Orbite : 845 x 858 km, 98,8° (3 juin 2010)
Méthode d'observation : jumelles


NOAA 14 23455 1994-089A
NOAA 14 (ou NOAA J) est ancien satellite météorologique américain, lancé le 30 décembre 1994 par une fusée Atlas-E depuis la base de Vandenberg. Entré en opération le 10 avril 1995, il a été mis hors-service le 23 mai 2007.
Un satellite très intéressant, tournant sur lui-même une à deux fois par seconde. Ses variations d'éclat sont donc spectaculaires.
Orbite : 840 x 852 km, 98,8° (1er juillet 2012)
Méthode d'observation : jumelles


NOSS 2-3 D 23862 1996-029D
Le satellite NOSS 2-3 D appartenait jusqu'à la mi-2007 au triplet NOSS 2-3, un groupe de satellites de télédétection militaires américains. Il a été lancé le 12 mai 1996 depuis Vandenberg, avec une fusée Titan IV.
Ce satellite est certainement hors-contrôle : il présente des variations d'éclat assez importantes, suivant un cycle irrégulier de quelques secondes.
Orbite : 763 x 1450 km, 63,4° (14 janvier 2013)
Méthode d'observation : jumelles

NOSS 3-3 rocket 28538 2005-004B
Dernier étage (Centaur) de la fusée Atlas 3B ayant servi à mettre sur orbite la paire de satellites espions américains NOSS 3-3, le 3 février 2005, depuis Cap Canaveral. Il s'agissait du dernier vol de cette fusée.
Un objet très intéressant à observer, présentant des pulsations d'éclat selon un cycle de quelques secondes.
Orbite : 937 x 1259 km, 63,8° (8 février 2013)
Méthode d'observation : jumelles

NOSS 3-4 rocket 31702 2007-027B
Dernier étage (Centaur) de la fusée Atlas V ayant servi à mettre sur orbite la paire de satellites espions américains NOSS 3-4, le 15 juin 2007, depuis Cap Canaveral. Lors du lancement, l'étage est tombé prématurément en panne pendant la seconde mise à feu, injectant les satellites sur une orbite plus basse que prévue.
Un étage de fusée très intéressant, montrant de belles variations d'éclat (type apparition-disparition) sur un cycle de quelques secondes.
Orbite : 772 x 892 km, 63,4° (12 janvier 2013)
Méthode d'observation : oeil nu

Okean 3 21397 1991-039A
Ancien satellite soviétique d'observation océanique, lancé le 4 juin 1991 par une fusée Tsiklon-3 depuis la base de Plesetsk.
Une épave très intéressante, puisqu'elle émet des flashs brefs et puissants suivant un cycle de quelques secondes.
Orbite : 590 x 619 km, 82,5° (14 janvier 2012)
Méthode d'observation : jumelles

OPS 5390 11389 1979-050A
Egalement désigné par DMSP B5D1 F4, OPS 5390 est un ancien satellite météorologique militaire américain. Il a été lancé le 6 juin 1979 depuis la base de Vandenberg, avec une fusée Thor-Burner II. Il n'est plus en service.
Ce satellite hors-contrôle présente une variabilité dans son éclat. Les variations sont faibles, reparties sur un cycle assez long (plus de 20 secondes).
Orbite : 791 x 810 km, 98,7° (7 mars 2012)
Méthode d'observation : jumelles


OPS 5644 10033 1977-044A
Ancien satellite météorologique militaire américain, également désigné DMSP B5D1-2 et AMS 2, lancé le 5 juin 1977 par une fusée Thor-Burner II depuis la base Vandenberg.
Un satellite très intéressant, émettant des flashs brefs et brillants suivant un cycle de 4 ou 5 secondes.
Orbite : 769 x 825 km, 99,0° (21 juillet 2012)
Méthode d'observation : jumelles


SL-8 R/B 26387 2000-033D
Etage supérieur de la fusée Kosmos-3M ayant servi à lancer les satellites Nadezhda 6 (russe), Tsinghua 1 (chinois) et SNAP 1 (anglais), le 28 juin 2000 depuis la base de Plesetsk.
Cet étage de fusée présente des variations d'éclat suivant un cycle chaotique.
Orbite : 654 x 692 km, 98,3° (8 mars 2012)
Méthode d'observation : oeil nu ou jumelles

Spot 3 22823 1993-061A
Spot 3 a été lancé le 26 septembre 1993 par une fusée Ariane 4 depuis Kourou. C'était un satellite de télédétection civil d'observation du sol terrestre. Il a cessé de fonctionner en novembre 1996.
Totalement hors-contrôle, ce satellite peut produire de magnifiques flashes blancs ou bleutés de magnitude -3.
Orbite : 817 x 841 km, 98,7° (23 mars 2011)
Méthode d'observation : oeil nu

Tiros N 11060 1978-096A
Tiros N a été lancé le 13 octobre 1978. C'est le premier d'une série de satellites météorologiques américains sur orbite polaire. Sa mission commença le 19 octobre 1978, pour se terminer le 30 janvier 1980. Il est depuis hors-service.
Hors-contrôle, ce satellite produit de très beaux flashes de magnitude 0 à -1 suivant un cycle de quelques secondes.
Orbite : 826 x 840 km, 99,0° (14 janvier 2012)
Méthode d'observation : oeil nu


TOPEX/Poséidon 22676 1992-052A
Ancien satellite d'océanographie développé par la NASA et le CNES. Il a été lancé le 10 août 1992 depuis Kourou, par une fusée Ariane 4. Sa mission était de mesurer avec une précision de quelques centimètres, par la technique d'altimétrie laser, la « topographie océanique », c'est-à-dire le relief de la surface de l'océan. Sa mission s'est terminée le 9 octobre 2005, et le satellite a été mis hors-service le 18 janvier 2006.
Totalement hors-contrôle, ce satellite présente des variations d'éclat importantes, avec un semblant de succession de flashes puissants suivis de flashes moins importants, suivant un cycle de quelques secondes. Certains flashs sont visibles à l'oeil nu.
Orbite : 1331 x 1343 km, 66,0° (15 janvier 2013)
Méthode d'observation : oeil nu


Transtage 3 1001 1965-008A
Etage supérieur de la fusée Titan 3A lancée le 11 février 1965 depuis Cap Canaveral, afin de mettre en orbite le satellite LES 1.
Cet étage de fusée présente une variabilité d'éclat régulière.
Orbite : 2764 x 2794 km, 32,1° (6 septembre 2012)
Méthode d'observation : grosses jumelles


Transtage 4 1359 1965-034A
Etage supérieur de la fusée Titan 3A lancée le 6 mai 1965 depuis Cap Canaveral, afin de mettre en orbite les satellites LE2 (Star-13A) et LCS 1.
Cet étage de fusée est en rotation rapide sur lui-même, car il « pulse » suivant un rythme d'environ 1,5 secondes.
Orbite : 2783 x 3742 km, 32,1° (16 janvier 2013)
Méthode d'observation : jumelles


Dernière édition par Rekin le 19/02/2013 17:22:24; édité 54 fois
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 20/04/2010 19:40:35    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

UME 1 8709 1976-019A
Ancien satellite japonais d'étude de la ionosphère, également désigné sous les noms ISS 1 et JISS. Il a été lancé le 29 février 1976 depuis Tanegashima par une fusée N-1.
Un satellite flasheur très intéressant, mais peu lumineux. Il vous faudra un ciel bien sombre pour admirer aux jumelles les salves de flashes émis par ce satellite.
Orbite : 989 x 1001 km, 69,7° (5 février 2012)
Méthode d'observation : jumelles

UME 2 10675 1978-018B
Ancien satellite japonais d'étude de la ionosphère, également appelé ISS 2 ou JISS 2. Il a été lancé le 16 février 1978 depuis Tanegashima par une fusée N-1.
Un satellite assez difficile à suivre, puisque seuls ses flashes sont observables aux jumelles. Or, ces flashs sont brefs et assez peu lumineux, suivant un cycle de quelques secondes. Il faut un ciel bien noir pour pouvoir observer ce satellite.
Orbite : 974 x 1211 km, 69,3° (20 février 2012)
Méthode d'observation : grosses jumelles

USA 32 19460 1988-078A
Lancé le 5 septembre 1988 par la première fusée Titan 23G depuis la base de Vandenberg, USA 32 est un satellite de surveillance navale de la Navy américaine. Il est aussi connu sous le nom de NOSS 1-9.
Ce satellite émet des petits flashes, par séries irrégulières.
Orbite : 780 x 784 km, 85,0° (9 mars 2011)
Méthode d'observation : jumelles


USA 81 21949 1992-023A
USA 81 est un satellite d'écoute électronique de l'US Air Force. Il a été lancé le 25 avril 1992 par une fusée Titan 23G.
USA 81 présente quelques variations d'éclat.
Orbite : 787 x 789 km, 85,0° (12 janvier 2013)
Méthode d'observation : jumelles

USA 129 24680 1996-072A
USA 129 était un satellite espion américain appartenant au programme militaire KeyHole, groupant des télescopes spatiaux ressemblant à Hubble, mais tournés vers la Terre. Il a été lancé le 20 décembre 1996 avec une fusée Titan IV. Il est désormais hors d'usage.
USA 129 peut s'avérer être très brillant, avec une belle couleur blanche. Il peut émettre de puissants flashs.
Orbite : 315 x 825 km, 97,8° (23 mars 2012)
Méthode d'observation : oeil nu

USA 144 deb 25746 1999-028C
Débris du satellite USA 144 (probable mission Misty 2).
Cet objet discret présente une variabilité de son éclat.
Orbite : 2670 x 3148 km, 63,4° (7 janvier 2013).
Méthode d'observation : jumelles

Yaogan 9A / Yaogan 9B / Yaogan 9C 36413 / 36414 / 36415 2010-009A / 2010-009B / 2010-009C
Le triplet de satellites Yaogan 9 est constitué de satellites de télédétection militaires chinois, lancés le 5 mars 2010 avec une fusée Longue Marche 4C depuis la base de Jiuquan. Après quelques semaines de manoeuvres, ils forment désormais un groupe serré de trois satellites volant en formation, à l'image du système NOSS américain.
Un joli triplet à observer aux jumelles. Le groupe de trois satellites est assez disparate.
Orbite : 1039 x 1141 km, 63,4° (2 janvier 2012)
Méthode d'observation : jumelles


Dernière édition par Rekin le 16/01/2013 16:33:52; édité 15 fois
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 20/04/2010 19:43:14    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Iridium hors-contrôle :
Le système de satellites Iridium est un système global de communications utilisant une constellation de satellites défilants. Il permet de communiquer sur toute la Terre entre des terminaux mobile, terrestres ou maritimes, et des fournisseurs d'accès. Le système a été développé par Motorola. 88 satellites Iridium ont été lancés entre 1997 et 2002. Les satellites sont stabilisés sur leur axe, ce qui permet de calculer longtemps à l'avance les flashes de leurs antennes principales, très réfléchissantes (les fameux flashes Iridium). Cependant, certains de ces satellites ne sont plus stabilisés sur leur axe (panne, défaillance du lancement, etc), ce qui fait qu'ils sont hors-contrôle. En rotation plus ou moins rapide sur eux-même, les Iridium hors-contrôle présentent des séries de flashes brefs et très impressionnants.
Méthode d'observation : oeil nu ou jumelles

Iridium 2 25527 1998-066A
Lancé le 6 novembre 1998 par une fusée Delta depuis Vandenberg, avec le satellites 86, 85, 84 et 83. Iridium 85, également hors-contrôle, est retombé le 30 décembre 2000. Iridium 2 est hors d'usage et tourne sur lui-même.
Orbite : 559 x 570 km, 85,6° (21 février 2012)

Iridium 16 24841 1997-030F
Lancé le 18 juin 1997 par une fusée Proton K depuis Baïkonour, avec les satellites Iridium 914, 12, 9, 10, 13, et 911. Les satellites Iridium 914 et 911 sont également hors-contrôle. Iridium 9 a été désorbité le 11 mars 2003. Iridium 16 a été retiré du service début avril 2005. Il tourne depuis sur lui-même.
Orbite : 770 x776 km, 86,4° (21 février 2012)

Iridium 17 24870 1997-034B
Lancé le 9 juillet 1997 par une fusée Delta depuis Vandenberg, avec les satellites Iridium 15, 920, 18 et 921. Les satellites Iridium 920 et 921 sont également hors-contrôle. Iridium 17 est hors d'usage depuis août 2005.
Orbite : 774 x 778 km, 86,4° (14 mars 2011)

Iridium 24 25105 1997-082B
Lancé le 20 décembre 1997 par une fusée Delta, avec les satellites Iridium 45, 47, 48 et 49. Le satellite Iridium 48, également hors-contrôle, est retombé le 5 mai 2001. Iridium 24 est hors d'usage et tourne sur lui-même.
Orbite : 754 x 771 km, 86,4° (21 mars 2012)

Iridium 36 24967 1997-056C
Lancé le 27 septembre 1997 par une fusée Delta depuis Vandenberg, avec les satellites Iridium 19, 35, 37 et 34. Il est hors d'usage depuis début janvier 2007.
Orbite : 774 x 777 km, 86,4° (18 février 2013)

Iridium 38 25043 1997-069E
Lancé le 8 novembre 1997 par une fusée Delta depuis Vandenberg, avec les satellites Iridium 43, 41, 40 et 39. Il est hors d'usage et tourne sur lui-même depuis août 2003.
Orbite : 772 x 777 km, 86,4° (8 mars 2012)

Iridium 44 25078 1997-077B
Lancé le 8 décembre 1997 par une fusée CZ-2C, en compagnie du satellite Iridium 42. Iridium 44 est hors d'usage et tourne sur lui-même.
Orbite : 766 x 771 km, 86,4° (8 mars 2012)

Iridium 69 25319 1998-026A
Lancé le 2 mai 1998 par une fusée CZ-2C (Longue Marche) depuis Taiyuan, en compagnie du satellite Iridium 71. Ce dernier est également hors-contrôle. Iridium 69 est hors d'usage et tourne sur lui-même.
Orbite : 764 x 770 km, 86,4° (21 mars 2012)

Iridium 71 25320 1998-026B
Lancé le 2 mai 1998 par une fusée CZ-2C (Longue Marche) depuis Taiyuan, en compagnie du satellite Iridium 69. Ce dernier est également hors-contrôle. Iridium 71 est hors d'usage et tourne sur lui-même.
Orbite : 763 x 765 km, 86,4° (16 janvier 2013)

Iridium 73 25344 1998-032C
Lancé le 17 mai 1998 par une fusée Delta depuis Vandenberg, avec les satellites Iridium 70, 72, 74 et 75. Iridium 74 est également hors-contrôle. Iridium 73 est hors d'usage et tourne sur lui-même.
Orbite : 731 x 736 km, 86,4° (8 mars 2012)

Iridium 74 25345 1998-032D
Lancé le 17 mai 1998 par une fusée Delta depuis Vandenberg, avec les satellites Iridium 70, 72, 73 et 75. Iridium 73 est également hors-contrôle. Iridium 74 est hors d'usage depuis le 10 janvier 2006.
Orbite : 747 x 750 km, 86,4° (24 avril 2010)

Iridium 911 24842 1997-030G
Lancé le 18 juin 1997 par une fusée Proton K depuis Baïkonour, avec les satellites Iridium 12, 9, 10, 13, 16 et 914. Les satellites Iridium 16 et 914 sont également hors-contrôle. Iridium 9 a été désorbité le 11 mars 2003. Initialement appelé Iridium 11, il a été rebaptisé Iridium 911 suite à la défaillance de son déploiement.
Orbite : 734 x 759 km, 86,4° (20 février 2012)

Iridium 914 24836 1997-030A
Lancé le 18 juin 1997 par une fusée Proton K depuis Baïkonour, avec les satellites Iridium 12, 9, 10, 13, 16 et 911. Les satellites Iridium 16 et 911 sont également hors-contrôle. Iridium 9 a été désorbité le 11 mars 2003. Initialement appelé Iridium 14, il a été rebaptisé Iridium 914 suite à la défaillance de son déploiement.
Orbite : 763 x 768 km, 86,4° (20 février 2012)

Iridium 920 24871 1997-034C
Lancé le 9 juillet 1997 par une fusée Delta depuis Vandenberg, avec les satellites Iridium 15, 17, 18 et 921. Les satellites Iridium 17 et 921 sont également hors-contrôle. Initialement appelé Iridium 20, il a été rebaptisé Iridium 920 suite à la défaillance de son déploiement.
Orbite : 756 x 772 km, 86,4° (8 mars 2012)

Iridium 921 24873 1997-034E
Lancé le 9 juillet 1997 par une fusée Delta depuis Vandenberg, avec les satellites Iridium 15, 17, 18 et 920. Les satellites Iridium 17 et 920 sont également hors-contrôle. Initialement appelé Iridium 21, il a été rebaptisé Iridium 921 suite à la défaillance de son déploiement.
Orbite : 562 x 576 km, 86,4° (24 mars 2012)


Dernière édition par Rekin le 19/02/2013 17:23:43; édité 18 fois
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 20/04/2010 19:47:48    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

NOSS groupés :
Méthode d'observation : jumelles

NOSS 2-2 C / NOSS 2-2 D 21799 / 21808 1991-076C / 1991-076D
A l'origine un trio, le duo de satellites NOSS 2-2 a été lancé le 8 novembre 1991 depuis Vandenberg. Comme son numéro l'indique, il s'agit du deuxième groupe de la deuxième génération de satellites NOSS (Naval Ocean Surveillance System), programme militaire américain destiné à localiser et suivre les navires à la surface des océans en détectant leurs émissions radio. A l'origine, les trois satellites volaient ensemble, mais début 2006, les satellites C et D ont commencé à prendre du retard par rapport à leur position initiale, formant ainsi un duo semblable aux NOSS de troisième génération. Il est à noter qu'ils sont coplanaires avec les NOSS 3-3.
La formation groupée des deux satellites semble se relâcher, puisqu'il y a maintenant deux champs de jumelles entre eux.
Orbite : 674 x 1541 km, 63,4° (NOSS 2-2 C, 7 février 2012)

NOSS 3-2 A / NOSS 3-2 C 28095 / 28097 2003-054A / 2001-054C
Lancés le 2 décembre 2003 depuis Vandenberg, les satellites NOSS 3-2 A et C sont un couple de satellites espions américains du programme NOSS (Naval Ocean Surveillance System) destiné à localiser et suivre les navires à la surface des océans en détectant leurs émissions radio. Le couple NOSS 3-2 est la deuxième paire de la troisième génération de NOSS. Il est à noter que les éléments orbitaux de ces satellites sont classés secret défense mais que des amateurs réussissent à calculer avec succès leurs orbites.
Un couple très spectaculaire ! Les deux satellites voyagent ensemble, séparés de seulement une centaine de km, ce qui fait qu'ils sont très proches l'un de l'autre vu depuis la Terre (5 à 6° d'écart seulement). Relativement peu brillant, ils sont très intéressants à suivre avec des jumelles.
Orbite : 1010 x 1203 km, 63,4° (NOSS 3-2 A, 2 janvier 2012)

NOSS 3-3 A / NOSS 3-3 C 28537 / 28541 2005-004A / 2005-004C
Lancée le 3 février 2005 depuis Cap Canaveral, la paire de satellites NOSS 3-3 est constituée de deux satellites espions du programme militaire NOSS (Naval Ocean Surveillance System) destiné à localiser et suivre les navires à la surface des océans en détectant leurs émissions radio. Le couple NOSS 3-3 est la troisième paire de la troisième génération de NOSS. Il est à noter que les éléments orbitaux de ces satellites sont classés secret défense mais que des amateurs réussissent à calculer avec succès leurs orbites.
Un couple très spectaculaire ! Les deux satellites voyagent ensemble, séparés d'environ 4 à 5°, ce qui fait tenir le couple dans un champ de jumelles. NOSS 3-3 C suit 3-3 A d'environ 4 secondes. Peu lumineux, il leur arrive toutefois d'être visibles à l'oeil nu.
Orbite : 1039 x 1175 km, 63,4° (NOSS 3-3 A, 2 janvier 2012)

NOSS 3-4 A / NOSS 3-4 C 31701 / 31708 2007-027A / 2007-027C
Lancée le 15 juin 2007 depuis Cap Canaveral, la paire de satellites NOSS 3-4 est constituée de deux satellites espions du programme militaire NOSS (Naval Ocean Surveillance System) destiné à localiser et suivre les navires à la surface des océans en détectant leurs émissions radio. Le couple NOSS 3-4 est la quatrième paire de la troisième génération de NOSS. Son lancement ne s'est pas tout à fait passé comme prévu, puisque suite à une panne de l'étage de propulsion qui a mis le couple en orbite, les satellites ont été largué environ 200 km plus bas que prévu. Entre la mi-juillet 2007 et début février 2008, le duo a effectué plus de 50 manoeuvres de correction d'orbites afin de gagner leur orbite définitive, ce qui diminuera d'autant leur temps d'utilisation future. Il est à noter que les éléments orbitaux de ces satellites sont classés secret défense mais que des amateurs réussissent à calculer avec succès leurs orbites.
Un couple très spectaculaire ! Les deux satellites voyagent ensemble, séparés d'environ 5 à 6°, ce qui fait tenir le couple dans un champ de jumelles. NOSS 3-4 C suit 3-4 A d'environ 9 secondes. Peu lumineux, il leur arrive toutefois d'être visibles à l'oeil nu.
Orbite : 1057 x 1156 km, 63,4° (NOSS 3-4 A, 26 janvier 2012)

NOSS 3-5 A / NOSS 3-5 B 37386 / 37391 2011-014A / 2011-014B
Lancée le 15 avril 2011 depuis Vandenberg, la paire de satellite NOSS 3-5 est constituée de deux satellites espions du programme militaire NOSS (Naval Ocean Surveillance System) destiné à localiser et suivre les navires à la surface des océans en détectant leurs émissions radio. Le couple NOSS 3-5 constitue probablement la première paire de la quatrième génération de NOSS. Il est à noter que les éléments orbitaux de ces satellites sont classés secret défense mais que des amateurs réussissent à calculer avec succès leurs orbites.
Un couple très spectaculaire ! Les deux satellites voyagent ensemble, séparés d'environ 5 à 6°, ce qui fait tenir le couple dans un champ de jumelles. NOSS 3-5 A suit 3-5 B d'environ 8 secondes. Peu lumineux, il leur arrive toutefois d'être visibles à l'oeil nu.
Orbite : 1028 x 1185 km, 63,4° (NOSS 3-5 A, 13 janvier 2012)


Dernière édition par Rekin le 11/02/2012 11:32:35; édité 10 fois
Revenir en haut
Astéroïde 164



Inscrit le: 29 Mai 2008
Messages: 87
Localisation: Soissons

MessagePosté le: 21/04/2010 14:58:37    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Peut-être pourras-tu m'aider.

Hier soir, vers 23h25 j'ai vu vers le sud ouest assez bas sur l'horizon (peut être entre 10 et 15° d'altitude, voire moins peut être) un passage très lumineux d'un satellite. Je suis tombée dessus vraiment par hasard alors je n'ai aucune idée s'il s'agissait d'un flasheur. Pourrais-tu m'aider à retrouver la bestiole en question?
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 21/04/2010 16:28:16    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Dans quelle direction ton satellite se déplaçait-il ? L'aspect très lumineux a-t-il duré longtemps (quelques secondes ou plus) ?

J'ai peut-être une solution avec Cosmos 2228 rocket :
Appears 23h21m54s 9.6mag az:332.9° NNW horizon
Culmination 23h27m34s 7.0mag az:275.9° W h:15.2°
distance: 1712.2km height above Earth: 645.2km elevation of sun: -25°
Disappears 23h31m48s 6.9mag az:226.3° SW h:4.6°

Bon, avec une magnitude de +6,9, c'est pas gagné, mais qui sait, à la faveur d'un reflet de Soleil sur son métal...

Ou alors il s'agissait d'un avion. Wink
Revenir en haut
Astéroïde 164



Inscrit le: 29 Mai 2008
Messages: 87
Localisation: Soissons

MessagePosté le: 21/04/2010 16:47:25    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Ce pourrait être celui-là en effet, ce sont les bonnes directions et l'heure correspond.

Je ne sais pas s'il a duré très longtemps car comme j'ai dit plus haut, je suis tombée dessus par hasard.
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 15/01/2012 09:59:38    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Mise à jour du 15 janvier 2012 :
Suppression du doublet NOSS 3-1 A et C, les deux satellites ne suivant plus de près.
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 17/01/2012 13:29:12    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Mise à jour du 17 janvier 2012 :
Suppression du triplet NOSS 2-1, les trois satellites n'étant plus groupés.
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 08/02/2012 16:15:56    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Mise à jour du 8 février 2012 :
Ajout du satellite DMSP B5D2-1.
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 09/02/2012 15:54:24    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Mise à jour du 9 février 2012 :
Ajout des satellites Cosmos 1867, NOAA 8 et NOAA 10
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 11/02/2012 11:46:15    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Mise à jour du 11 février 2012 :
Ajout du satellite CBERS 2, et suppression de Cosmos 2428 rocket, devant son manque d'activité apparent.
Revenir en haut
Rekin
Invité





MessagePosté le: 12/02/2012 11:51:33    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer Répondre en citant

Mise à jour du 12 février 2012 :
Ajout de NOSS 3-3 rocket
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 11/12/2016 08:03:21    Sujet du message: Liste de satellites artificiels intéressants à observer

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de discussion Astronomique Index du Forum -> Observations et galeries -> Satellites artificiels Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Space Pilot 3K template by Jakob Persson.
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com